Catégorie : Religions

Blasphèmer pour défendre le dieu

Charlie Hebdo continue d’être lui-même, mais depuis que des tueurs ont décimé son équipe de journalistes, on remarque une volonté chez un certain secteur de l’humanité de faire le procès du journal. Comme si la question est toujours à régler à savoir si la tuerie de janvier 2015 était justifiée. Comme si la liberté d’expression était réservée à nos amis.

Dans l’état du monde, Charlie Hebdo n’est pas pour tout le monde. Sauf si tu y mets l’effort ou t’es habitué à la satire militante. Mais nous, en raison de l’industrialisation de notre humour et de notre culture, on est plutôt habitué à l’humour au degré 0, et inhabitué aux discussions des idées. Donc face à la tradition satirique européenne, on vire su’l’top comme dit Hilaire.

Entourée de tes amis les plus proches, qui connaissent tes valeurs et interprètent tes commentaires et tes exagérations avec l’avantage de ce contexte, tu dis des choses que des étrangers pourraient bien comprendre de travers.

De même que pour comprendre Charlie Hebdo, il faut l’avoir lu, pas seulement regarder les dessins, hors contexte.

Mais voici quand même :

Dans le Charlie Hebdo de cette semaine, une caricature, d’un genre assez fréquent dans ce journal, fait réagir certains. Le genre en question : une idée qui coupe le souffle, qui horripile même, mais, qui, une fois que tu y penses, ne fait que te mettre devant toi-même, ou d’exposer une réalité sociale de façon crue pour mieux la dénoncer. Le blasphème pour défendre le dieu.

La caricature en question* demande ce que serait devenu le petit Aylan s’il avait grandi, cet enfant réfugié mort sur une plage dont la photo a fait « découvrir » la crise des réfugiés. Le dessin répond « Tripoteur de fesses en Allemagne », faisant référence aux agressions de masse ayant eu lieu à Cologne la veille du Jour de l’an.

C’est dérangeant qu’on se sert de cet enfant, bien qu’il est vrai que le monde s’est servi de l’image de cet enfant au point qu’il est un personnage public, et que dire du fait que d’autres photos d’enfant mort ou souffrant n’ont pas l’effet Aylan et des réfugiés de d’autres coins ne valent pas les réfugiés syriens.

C’est provocant qu’on peint ce réfugié « bon » de la même brosse qu’on se sert pour peindre les réfugiés « mauvais », bien qu’il faut dire que c’est ce que font les bigots et xénophobes, non ? Il y en a pour suggérer que tous les croyants de telle religion ou tous ceux de telle origine sont terroriste/violeur/etc.

Eh bien voilà. C’est ce que la caricature me dit : qu’il est ridicule de peindre un groupe ou un individu de cette façon.

Nous aurions intérêt à encourager bien d’autres critiques et questionnements de nos attitudes au sujet des réfugiés. On n’a pas besoin d’être Charlie pour voir que nous ne pensons pas très claire au sujet des réfugiés, de l’immigration et des droits.

 

*Un de plusieurs dessins sous l’en-tête ‘La France, c’est pas c’qu’on dit’.

 

Advertisements

Le voile et la citoyenne

C’était une journée blizzardesque d’un hiver magistral récent – je sais ce n’est pas très précis, disons qu’il s’agit de 3-4 hivers passés -, j’étais arrêtée à un coin de rue avec mon balaklava obligatoire – sans ça tu mourais drette-là – et la femme devant moi se retourne. C’est une musulmane portant le voile – le niqab. On se regarde. Je vois qu’elle se détend en me voyant. Je me demande combien de fois dans la journée elle relaxe comme ça. Je lui souris. Je me demande si mes yeux sourient lorsque je souris. Je suis amusée de voir que mon balaklava est plus total que le sien. Je note que son voile n’est pas fait pour la protéger d’un hiver canadien.

Aujourd’hui, une journée exceptionnelle de septembre, alors que je suis assise presque au même coin de rue, je pense à elle. J’ai la face tournée vers la douceur du vent et du soleil, avec un sourire béat et une robe d’été.

Et je pense à elle. Que fait-elle ?

Pour quelle raison absurde doit-elle se cacher la face par une telle journée ? Je sais, y’a culte, coutume, religion, contrainte. Et je leur donne tout le respect que nous leur devons.

Mais pourquoi se cacher la face à moins qu’il y ait une tempête ?

On me demande – je me demande ! – quelle est mon opinion au sujet du « voile et la citoyenne canadienne », et je n’ai pas d’opinion parce que je suis fixée sur cette question. Je ne peux pas dépasser cette question. Et ce n’est pas un point politique, légal ou religieux. Il semble qu’au lieu d’une opinion, j’ai un sentiment.

A vulgar, ferocious and true ally

I am perplexed, confused and a bit obsessed by the reaction of some to Charlie Hebdo. Like one is perplexed, stunned even, when two of your best friends don’t like each other. How could that be? What is going on? WTF?

I have theories about those who like to say that Charlie Hebdo is racist or who cannot support its brand of expression. Not all of them are based on the fact that these people are mostly Anglophones, and some non-French-readers at that.

Yesterday, I was finishing reading the Charlie Hebdo of April 22, still buoyed by my having been able to find a copy while travelling, and excited by some of the ideas in the texts and cartoons that as always stand against the right things with unlimited outrage. I was thinking of tweeting a few of the ideas but then I find that in the last hour certain people, almost all Anglophones, are reacting on the Internet to what they seem to have agreed to pretend is a cartoon from the latest Charlie Hebdo. Except it’s not in there, I just finished reading it. The fact that the rumour is false does not stop anyone, even journalists, from denouncing and retweeting, some finding justification for the assassination of Charlie Hebdo workers last January. The cartoon was not published in CH but it could have been, it was that type. But I noted the bullying behaviour. Among cartoons that were in the latest CH on the same topic: the cover depicts the leader of the right-wing racist party Marine Le Pen as the ship figurehead on the Titanic, singing that tiresome song from the movie, with African immigrants on the boat yelling “shut up”, and with the title « A Titanic a week ». Other cartoons on the subject of the African immigration tragedies showed piranhas complaining that they cannot be expected to take in all of the world’s poor, and one showed Europe handing a child’s ducky ring buoy to an immigrant.

And this is the type of cartoon that some call racist?! Consider the message, ask with whom sympathy lies, consider that leaders and indifference are being accused and shamed.

Those are the cartoons. The texts in Charlie Hebdo leave no doubt for whom or what they have contempt, and what they are advocating.

Yes, Charlie Hebdo is like that friend who is a bit juvenile and sometimes over the top in their righteous reaction to injustice, who uses absurdity to fight absurd situations. They are a vulgar, ferocious and true ally. And what? The only approved allies are those exactly like us? The only tolerable support for our ideals are those expressed exactly as we express them, in a tea room with pinkies raised?

A few hours later, I hear the news that a handful of authors are not in agreement with PEN United States, the association fighting for freedom of expression, giving an award to Charlie Hebdo. They are just a handful and 800 others are attending the gala, but still, how can one live by the pen and support censure?

I feel that this issue is telling, that it’s at the heart of something important. Otherwise sensible, educated people, writers even – France Daigle, Michael Ondaatje… – refuse to support Charlie Hebdo, a case of freedom of expression, (and in CH’s case, freedom to mock racists and exploiters). They can’t support CH even when they are of the same opinion? Why, because CH doesn’t denounce politely? Or are they only able to understand a cartoon at the first degree – a good guy, a bad guy and a clear comforting message?

This missing the boat on Charlie Hebdo is sometimes a question of people blindly following others on social media, ganging up on a chosen target, without checking out the facts. Or people with hang-ups about propriety or authority, or France.

I know that anyone who reads Charlie Hebdo can support its existence. And I know few with a negative opinion of it actually read it.

Un allié vulgaire, féroce et juste

Je suis perplexe, déconcertée, un peu obsédée par la réaction de quelques-uns à Charlie Hebdo. Comme on serait perplexe, blessée même, si deux de nos meilleures amies ne s’aimaient pas. Tsé, on se dit, cosse qui se passe, pis WTF ?

Hier, je terminais la lecture du Charlie Hebdo du 22 avril, toujours ravie d’en avoir trouvé une copie et surtout, comme toujours, exaltée suite à la lecture des textes et des caricatures qui défendent la bonne cause avec une indignation sans limite. Je pensais gazouiller au sujet des textes lus donc je me mets sur Internet, et découvre que dans la dernière heure, certains – surtout des anglophones – réagissent à ce qu’ils se sont mis d’accord de prétendre être une caricature dans le dernier Charlie Hebdo. Sauf qu’elle n’y était pas – je finissais de lire le numéro, je sais. Ça ne semble pas déranger que la rumeur est fausse, les dénonciateurs y trouvent presque la justification des meurtres des travaillants de Charlie Hebdo de janvier dernier. La caricature en question n’est pas dans CH, mais elle aurait pu y être – elle est du genre. D’autres avec les mêmes idées y sont : la couverture du numéro que j’avais lu montre une Marine LePen figure de proue sur le Titanic chantant la chanson tannante de ce film, et des immigrants africains, condamnés comme on le sait, qui lui crient « ta gueule », avec l’entête « Un Titanic par semaine ». À l’intérieur, parmi les caricatures sur d’autres sujets, plusieurs portent sur cette immigration damnée, dont une où les piranhas se plaignent qu’ils ne peuvent pas accueillir toute la misère du monde. Un autre montrant l’Europe offrant une bouée de sauvetage d’enfant à un immigrant. Et un autre montrant les immigrants dans un bateau périlleux se disant « Pourvu que le copilote ne soit pas dépressif… »

Ces caricatures seraient racistes, disent certains !?! Non. Quel est le message? La sympathie qu’on éprouve est pour qui? N’est-ce pas qu’on y afflige les dirigeants ?

Pis ça c’est yinque les caricatures. Les textes dans Charlie Hebdo laissent aucun doute qui ils méprisent et pour quoi ils revendiquent.

Oui, Charlie Hebdo est comme ce cher ami, cet allié un peu juvénile qui déborde dans ses injures – qui fait appel à l’absurde lorsque l’injustice dénoncée est absurde. C’est un allié vulgaire, féroce et juste. Et quoi ? Les seuls alliés fréquentables sont nos semblables ? Le seul appui tolérable est celui exprimé à notre façon, dans les salons de thé avec le petit doigt levé ?

Quelques heures plus tard, j’apprends qu’une poignée d’écrivains ne sont pas d’accord avec le prix que va accorder PEN United States, l’association pour la liberté d’expression, à Charlie Hebdo. Ils ne sont qu’une poignée alors que 800 autres vont assister au gala de présentation du prix, mais quand même, je me dis, comment tu peux vivre de ta plume et être pour la censure ?

Je sens que ce qui se passe est révélateur, éloquent, le nœud de quelque chose important.

Des gens sensibles, éduqués, des écrivains mêmes, – France Daigle, Michael Ondaatje… – refusent de se ranger derrière ce cas de droit à la liberté d’expression – c’est Charlie Hebdo donc c’est question du droit de se moquer des racistes, des ripoux, des exploitants des petites gens. Ils ne peuvent pas se ranger derrière Charlie Hebdo, même s’ils sont du même avis général ? Quoi, parce que Charlie Hebdo ne dénonce pas poliment ? Ou est-ce que leur petite tête ne comprend une caricature qu’à son premier degré ? Tsé, le méchant et le bon, et un message clair, non exigeant et réconfortant.

Voir du bon monde être tant à côté de la traque par manque de rigueur, de vision, de responsabilité, ça me fait me demander si je suis aussi aveugle ou fais preuve d’autant de « légèreté » dans ce que je dénonce comme étant raciste, sexiste, exploitatif…

Cette incompréhension de l’intention de Charlie Hebdo, est-ce que ce serait un mécanisme de protection, … mais contre quoi?

Je me calme parce que je sais que celle et celui qui a lu Charlie Hebdo l’appuie. Sont rares celles et ceux qui ont une opinion négative sur Charlie Hebdo et qui l’ont lu.

Pis notre droit au blasphème, bordel ?

Quelle tristesse, cette semaine. D’abord, l’assassinat des travaillants de la revue Charlie Hebdo – non mais quelle tristesse. Les Charlie Hebdo du monde sont des hymnes à la vie. Charlie sévit contre les idées et les systèmes qui s’en prennent à l’humain. Et on les tue ! Parce qu’ils sont vulgaires. C’est comme tuer quelqu’un parce qu’il est laid.

Ensuite, quelques jours plus tard, on entend des commentaires – rares mais si surprenants et si triste à entendre – de personnes, même d’ordinaire sympathiques, disant que, en fin de compte, Charlie Hebdo cherchait le trouble, qu’il provoquait. Tsé comme on dit, as-tu vu comment courte était la jupe de la victime. Il y en a même pour suggérer que c’était une publication raciste. Il faut ne pas avoir besoin de savoir avant de parler pour dire ça. Ce qui m’attriste est que des gens biens puissent se tromper si bêtement. Moins bête que méchant, comme disent des personnages de Charlie Hebdo. « Nous nous moquons de nous, des politiques, des religions, c’est un état d’esprit », dit Richard Malka, un des associés de la revue.

Je voudrais dire à ces gens : Donc quand Yvon Deschamps parlait des juifs, vous pensiez qu’il est raciste? Pis son monologue ‘J’haïs les bébés’ – il cherchait le trouble ? Qui veut vivre dans un monde où on peut pas se moquer de tout? La vraie morale se moque de la morale (Blaise Pascal).

Notre droit au blasphème sera important à notre survie. On doit le protéger contre tout. Parce que as-tu vu ce à quoi on a à faire face, nous, petits gens – les religions, les religieux, les idéologies, les forces organisées, les cons.

Comment ne pas reconnaître que les caricatures de dieu qui pleure parce que c’est dur dur d’être aimé par des cons, ou du bébé Jésus qui nous dit Merde!, ce sont des cadeaux à nous, petits gens. L’usage abusif des dieux, ce sont les intégristes qui le font, pas les Charlie Hebdo. Comme l’a dit le Pape depuis le massacre, lui qui est aussi fréquemment une cible de la revue, l’intégrisme élimine non pas seulement des humains, mais aussi le dieu même puisque dieu ne devient qu’un prétexte idéologique.

Également triste, la réalisation que cette violence ne va pas arrêter bientôt. Les religieux ne savent pas plus que moi comment éviter la mauvaise appropriation – l’instrumentalisation – des dieux, des religions. Comme dit Abdennour Bidar, philosophe spécialiste des évolutions contemporaines de l’islam, «La religion peut être le cœur de réacteur d’une civilisation humaine… L’avenir de l’humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité tout entière. »* Et comme dit Bernard Richard dans l’Acadie Nouvelle de ce matin, « Je rêve du jour où les religions, les croyances, les idéologies, les politiques ou peut-être l’absence de celles-ci produiront un monde meilleur. » Lire la suite

Tele-care or Dial-a-prayer?

A slightly modified version of this text was published by the N.B. Telegraph-Journal on July 28, 2014.

The subject is abortion but the most important thing has little to do with abortion.

New Brunswickers learned in June that the popular information service of the provincial Department of Health, Tele-care (811), has a policy to direct to NB Right to Life anyone who doesn’t have a family doctor and is seeking an abortion.

Call me naïve, but I thought the Dracula effect – shedding light on evil – would end it. But they are still doing that, I had occasion to call them recently.

Tele-care does not direct these women to walk-in clinics, nor to the government’s own sexual health centers, nor to the registry for persons without a family doctor that Tele-care maintains for the government, nor to the two hospitals which perform some abortions. Tele-care directs them instead to that faith-inspired organisation dedicated to the idea that you will not have an abortion, and ready to tell you whatever it takes to stop you. It would be less dishonest if Tele-Care simply told those women that they cannot have an abortion and so, here is the number to contact to give up your baby for adoption.

I don’t think we appreciate the importance of this policy of deceit – the breach of trust between citizen and government, and between health professional and patient. If a government can set aside its sacred duty to serve all objectively, in order to advance a biased view, showing contempt for rights, especially our right to be able to depend on government information, well sir, then this is a race to the bottom: Be … fundamentalist … in this place.

Is this a cost-saving measure? If you give garbage information when someone asks you a question, they won’t come back. Is it righteousness gone wrong? Is it bullying? It is for a fact disrespectful, discriminatory and irresponsible.

I know this case involves only women who are looking for an abortion, and that it is acceptable and easy to bully or put down these particular women. The public harassment in front of clinics and hospitals (and in hospitals) where they go for the service is organized, systematic and well tolerated here.

It’s only these women, but still. Tele-care is failing in its responsibility. Hello, Dial-a-prayer. You have rheumatism? Try a few prayers to Saint James, or here’s the number of a faith healer. You’re anemic and may need a transfusion? Here’s the number for Jehovah’s Witnesses.

Should battered women expect to be told they need to be in contact with men’s rights organizations to see their point of view? You’re calling to report you didn’t get service in French? Here’s the number for the Anglo Society – work it out.

And what about those “registered nurses” responsible for Tele-care who answer patients’ requests for help. What about that code of ethics? What does the profession have to say about having to read a political script? You have a health question? Here’s political propaganda. You want a health procedure? Here’s a number for a political-religious procedure.

A government ordering health professionals to wilfully mislead citizens …
Just thought we should note our passage to a state one degree closer to fundamentalist rule.

Dites-moi, les ‘professionnels de la santé’ de Télé-soins NB

Mesdames, je viens de composer le 811 de Télé-soins – service téléphonique gratuit, bilingue et confidentiel du gouvernement du N.-B. « où des infirmières immatriculées…  » – parce que je devais trouver où référer quelqu’une qui veut un avortement mais trouve difficile pour l’instant de faire face à la bureaucratie d’un avortement au N.-B.
Je m’identifie et leur présente la situation.
On me dit de dire à ma femme d’aller à son médecin de famille.
Ouain ben, elle est une de celles-là qui n’en ont pas, de pro-choix au moins.
Oh, laissez-moi lire les nouvelles consignes. Bon, voici les numéros où la référer, Madame : 1-866-980-2273. Ou puisque tu es à Fredericton, 459-5901.
Merci.
Je compose.
NB Right to Life. Hello.
Sorry no one speaks French.
Sûrement…, l’autre numéro…
NB Right to Life. Hello
Sorry no one speaks French.
Dites-moi, les ‘professionnels de la santé’ de Télé-soins : si je téléphone avec une question ayant affaire à mon arthrite, vous me donnez le numéro d’un guérisseur religieux ou d’un médecin ?

Une amie vient de me rappeler qu’il y a des centres de santé sexuelle au N.-B. Pourquoi vous ne me référez pas là? Au moins on se serait débarrassé de moi en français.
http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/bmhc/maladies_transmissibles/content/centres_de_santesexuelle.html

Pour en finir avec l’avortement

Ma seule opinion sur l’avortement est que si j’étais enceinte, y’a yinque mon opinion qui compte.
La clinique Morgentaler ferme aujourd’hui à Fredericton. Même celles de nous féministes qui s’opposent à des services privés dans le secteur de la santé reconnaissent que cette clinique a rendu service dans notre contexte. Si le service d’avortement n’est pas accessible, c’est nous qui décidons et pas la femme enceinte.
Si McKenna n’avait pas fait son shérif, donné le ton et déclaré la guerre à la clinique, si les autres politiciens, alors et depuis, n’étaient pas épeurés jusqu’à en perdre l’esprit, si le gouvernement du Nouveau-Brunswick veillait au respect des droits, même ceux qu’il n’aime pas, si les tactiques des anti-choix ne faisaient pas si peur à moi, toi, aux journaux Irving, aux politiciens, aux médecins, aux fonctionnaires, si le Canada avait des normes pour l’accès aux services de santé, si le monde n’était pas si obsédé par la vie sexuelle et morale des femmes…
Si tu adoptais une tactique des fanatiques anti-choix et communiquait – en privé ou en public – avec les candidat-e-s de ta circonscription à l’élection provinciale qu’il va y avoir dans 2 mois, pour lui dire que tu veux que cette question soit résolue et que les femmes aient accès aux services publics de santé pour cette intervention.

Y’a plus que la question Morgentaler

Si on va débattre la question de l’accès à l’avortement au Nouveau-Brunswick, voici des points souvent oubliés que j’aimerais ajouter au mélange :

Plan B – Quand tu sais que, vivant au Nouveau-Brunswick, t’aurais probablement pas d’avortement, il devient plus important encore d’avoir accès à la pilule du lendemain (contraception d’urgence, ‘Plan B’ – même affaire). Elle sert dans les 72 heures après que t’as eu des relations sexuelles non protégées – t’as été agressée, le condom a déchiré, t’as oublié de prendre tes anovulants, t’as utilisé des antibiotiques qui ont nui à l’efficacité de tes anovulants ou t’as omis de te protéger. Santé Canada permet aux pharmacies de vendre ces pilules sur les étagères. Icitte au N.-B., nos pharmaciens se mêlent de la vie privée des femmes autant qu’un politicien… Ils pourraient mettre ces pilules sur leurs étagères et les vendre à 20$ – même une ado pourrait se les payer. Mais la dernière fois que j’ai vérifié, ceux qui la vendent au N.-B. la gardent derrière leur comptoir, donc il faut leur demander, répondre à leurs questions, souvent à la caisse ! (« Est-ce que ton cycle menstruel est régulier ? Quand as-tu eu des rapports sexuels non protégés ? » …) et payer des frais de ‘consultation’ (20$, même si t’as 40 ans, t’en es servi plusieurs fois et n’as point besoin de consulter). Y’a pas de controverse dans la pilule, elle ne fait pas avorter, elle prévient la grossesse – si t’es enceinte, ça ne changera pas ton état. Ce sont des hormones similaires aux contraceptifs oraux, administrées à des doses différentes. (Certains pharmaciens au N.-B. refusent par religiosité aiguë de les vendre, comme certains de nos médecins refusent d’aider une femme non mariée au sujet de la contraception.)

Filles-mères – « La baisse plutôt marquée entre 2002 et 2003 dans la proportion des grossesses s’étant soldées par un avortement était accompagnée d’une hausse de la proportion de grossesses se soldant par une naissance, surtout chez les adolescentes plus jeunes. », selon le Bureau du médecin-hygiéniste en chef au Nouveau Brunswick. (www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/h-s/pdf/fr/Publications/Indicateurs_sante1.pdfa baisse)
En 2002, l’hôpital ‘anglaise’ de Moncton a annoncé que les avortements n’y seraient plus pratiqués – manque d’appui par le provincial, intimidation des médecins et de l’hôpital par les anti-choix, etc. Alors qu’en 2002 au N.-B., 36 pour cent des grossesses chez les filles de 17 ans et moins se terminaient en un avortement thérapeutique ; en 2003, seulement 18 pour cent.
Suite à la perte du service à Moncton, le Nouveau-Brunswick a connu la réduction du nombre d’avortements la plus importante au Canada. Cette diminution a touché surtout les adolescentes.
En 2006, au tour de l’hôpital Everett-Chalmers de Fredericton d’abandonner la procédure pour un peu les mêmes raisons. Suite à un effort gargantuesque par les femmes et du Conseil consultatif, le gouvernement provincial a éventuellement organisé un accès à l’avortement – à 2 endroits secrets de la province mais c’est à toi d’apprendre où dans les quelques semaines que tu as suite à avoir appris que tu es enceinte – si tu n’as pas de médecin familial, abandonne avant de commencer. Reste qu’en 2009, le nombre de naissances pour 1 000 filles de 15 à 19 ans était de 21 au N.-B., mais de seulement 14 au niveau canadien. Honte.

Les gynéco – La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada a envoyé une lettre au gouvernement du Nouveau-Brunswick vers 2005 disant qu’il n’est pas nécessaire qu’un avortement soit effectué par un spécialiste dans une salle d’opération d’un hôpital. Ailleurs au monde, dans la plupart des cas, des médecins de famille effectuent des avortements dans des cliniques.

Sans chirurgie – Si j’avais à orienter quelqu’une cherchant un avortement, je l’encouragerais de s’informer si l’avortement « médical » est possible dans son cas. Il s’agit d’obtenir de son médecin, ou de d’autres sources, les pilules et les instructions qu’il faut pour provoquer, chez elle, un avortement non chirurgical. C’est la méthode utilisée pour la majorité des avortements en France, Royaume-Uni, les pays scandinaves. Branchons-nous.
http://www.canadiansforchoice.ca/francais/optionsabortion.htm
http://www.arcc-cdac.ca/fr/postionpapers/18_Diff%E9rentes-m%E9thodes-davortement-aper%E7u.pdf

Avortement et l’opinionite

Si jamais il va y avoir du changement au Nouveau-Brunswick autour de la question de l’accès à l’avortement, ce sera soit parce que Santé Canada a exigé que la province respecte les engagements (aucune chance), ou parce qu’un tribunal a reconnu que les agissements de la province ne sont pas légaux (trouve-moi une femme qui n’a pas pu obtenir un avortement et qui est riche, et ça pourrait marcher), ou parce que les houmes à l’Assemblée législative décident d’agir en adulte (yeah right, pis pendant une année électorale). Non, décidément, l’espèce humaine a le temps d’évoluer au point où les femmes n’ont pas besoin d’aide pour avorter avant que se passent ces autres éventualités.

Disons que je ne mets pas d’espoir dans les pétitions non plus – en tout cas les religieux vont obtenir encore plus de signatures, leur dieu ne leur laisse pas de choix – surtout parce que mon droit à mon corps n’est pas une question d’opinion de signataires.

Non, le changement viendra peut-être si chacune de nous – qu’on soit juste tannée à mort de voir le sujet de l’avortement revenir sur la table, qu’on soit personnellement touchée par la situation ou toutes les variations entre ces états – si chacune disait à toutes les occasions « Je renonce à devoir avoir une opinion sur la vie sexuelle ou morale des femmes. Ma seule opinion sur l’avortement est que si j’étais enceinte, y’a yinque mon opinion qui compte. Le service doit être accessible parce qu’autrement c’est nous qui décidons pour elle. Je sais que je renie la culture religieuse de mes ancêtres et la tendance politique des temps. »

Dis-moi

« Pour se calmer, se consoler et même tout expliquer, les étoiles et leur coeur, que les hommes aient eu le désir d’inventer Dieu, je le comprends.  Mais fais-moi comprendre calmement, tranquillement, qu’un jour, dans le grand ciel vide, Dieu ait eu le désir d’inventer les hommes? »

– Faustina dans La terre est ronde de Armand Salacrou, 1945