Catégorie : Autochtone

Sur ces terres Wabanaki

Comme bien des Acadiennes, j’ai des ancêtres autochtones. Des femmes surtout, probablement exclusivement parce qu’il semble pas avoir grands hommes autochtones qui ont marié des Acadiennes. Y’a une thèse là.

Mes grands-mères Micmac, je pense à elles de plus en plus. Je leur dois probablement plein d’affaires. Probablement le fait que je brûle presque pas au soleil. L’amour de la cueillette des fruits sauvages et du beau temps qu’on a en se parlant en ramassant. Le fou rire facile, comme nombre d’Autochtones que j’ai connu.

J’aimerais savoir ce qu’elles pensaient en épousant ces Acadiens, en donnant naissance et élevant leurs enfants, mes ancêtres.  Va savoir ce que les femmes ont pensé à travers le temps.

Les Autochtones autour de nous prennent de plus en plus la parole de nos jours. C’est bien leur tour. Certains et certaines semblent même quelque peu optimistes – déterminés en tout cas. On ne cesse de leur donner des raisons de s’organiser, de s’indigner, de nous montrer notre arrogance.

Le 21 juin est la Journée nationale des Autochtones. La saison des pow-wow a débuté. Le Canada fête 150 ans. D’appropriation. Nous aurons bien des occasions d’écouter et d’apprendre si on y est ouvert*. Et tout ce sur le territoire traditionnel des peuples autochtones de la Confédération Wabanaki, qui ne l’ont pas cédé à la Couronne.

___

* La Commission Vérité et Réconciliation, dont le travail de 2008 à 2015 fut subventionnée par les survivants des écoles résidentielles, a créé des ressources excellentes pour en apprendre davantage.  http://www.trc.ca/websites/trcinstitution/index.php?p=15

It’s Aboriginal People’s Turn

A shorter version of this commentary was published by New Brunswick Telegraph Journal on April 22, 2016.

I have a bias in favour of aboriginal people.

They saved my ancestors, when we first arrived and during the Terror years in the eighteenth century. They live among us yet we know nothing about them. Despite our best efforts, their culture is still alive, for the most part, and for now.  We share a country – theirs – but they don’t have our quality of life.

They have a great sense of humour, in my experience. Despite what has happened to them and their current situation, they are not terrorists. Today’s aboriginal peoples are survivors of ethnocide attempts. And those attempts may yet be “successful”.

They saved my ancestors. Some of my ancestors were First Nations.

For those reasons, I have a bias in favour of aboriginal peoples.

But that’s not why I think Canada’s most critical issue is the aboriginal peoples.

Rather, it’s because we won’t have any peace until we address this issue. Not that we will be badgered and harassed by the concerned parties – we might be. And not because Canada’s reputation will suffer – it does, but not enough. The issue of the aboriginal peoples is our most important because we are in the wrong. And if we don’t address it, we are only delaying it.

It’s like living on stolen money. Can we be fully happy and secure doing that?

So Canada has a problem: us. We are the aboriginal peoples’ problem.

Around here, First Nations did not cede their land, but that hasn’t meant much. Governments gathered them in camps and then imposed a form of government that did not give them the same rights as non-Aboriginal citizens, and which often did not respect treaties. The Indian Act continues to have harmful impacts on their communities.

Thousands of aboriginals, some as young as five, were taken from their parents and sent to residential schools to “eliminate parental involvement in the intellectual, cultural, and spiritual development of Aboriginal children”, the official mandate of those schools, the last of which was closed in 1996.

The Truth and Reconciliation Commission, whose work between 2008 and 2015 was financed by the survivors of these schools, has excellent resources for us to learn more. Seven generations went through the hell of those schools. The Commission concluded that it will likely take another seven generations to create a healthy relationship between us and them. We need to get moving.

The past is not as important as what we do in the present.

Thankfully, a majority of Canadians favour making the aboriginal issue a political priority. One could be surprised at that, since the horrors visited upon the aboriginal peoples seem to have had little power to wrest us from our lethargy on this issue. We’ve shown we can mobilize for refugees, but thousands of disappeared aboriginal women, thousands of aboriginal youth who commit suicide, thousands of aboriginals living in Third World conditions don’t seem to move us to action. I believe the problem is partly that this is not a case where, like a character said in a George Bernanos novel, we can “come across an injustice… about my own size, not too strong or too weak for me” and “jump on its back and twist its neck. »

We will not make this right with just sympathy and social work.

Political decisions brought us to this point, where posttraumatic stress syndrome is practically in the DNA of many aboriginals, as they have said. You think excuses apologies and ceremonies will fix that?

It is a political problem and a question of justice. We will have to recognize and act on their right to a fair share of territory and resources.

We will have to negotiate nation to nation, as between equals. The end result should be aboriginal peoples as independent and happy as we are.

Luckily, the new government is making noises in that direction: to attack the issues nation to nation.

There is something about our own size: Keep them to their word. Put the issue at the top of our list of priorities for the country. It’s time.

This is a question of justice to be resolved, with a few centuries of delay, so that we can all enjoy this great and young country.

C’est au tour des nations autochtones

Ce texte a été publié en premier par l’Acadie nouvelle le 13 avril 2016.

J’ai un biais en faveur des autochtones.

Ils ont sauvé mes ancêtres, à notre arrivée et pendant la Terreur au 18e siècle. Ils vivent parmi nous et on ne sait rien d’eux. Malgré nos meilleurs efforts ignobles, leur culture est toujours vivante, pour la plupart et pour l’instant. On partage un pays – le leur – mais ils n’ont pas notre qualité de vie.

Malgré ce qui leur est arrivé et leur situation actuelle, ils ne sont pas des terroristes. Les autochtones d’aujourd’hui sont des rescapés de nos tentatives d’ethnocide, et ces tentatives pourraient « réussir » à retardement.

Ils ont un sens d’humour et le fou rire facile, de mon expérience.  Ils ont sauvé mes ancêtres. Certaines de mes ancêtres sont autochtones.

Pour ces raisons donc, j’ai un biais en faveur des autochtones.

Mais ce n’est pas pour tout ça que je pense que la question la plus critique pour le Canada est la question autochtone.

Je pense ça parce qu’on n’aura jamais la paix si on ne règle pas cette question. Non pas parce qu’on va être tanné et traqué par les partis concernés – on le sera peut-être. Et non pas parce que la réputation du Canada va en souffrir – elle en souffre déjà mais pas assez. Cette question est cruciale parce qu’on est dans le tort, et si on ne fait rien, on ne fait que remettre à plus tard. Le Canada a un malaise qui dérange notre conscience, et notre bonheur.

C’est comme vivre d’argent volé – crois-tu vraiment qu’on peut être heureux sans régler ça ?

Donc, le Canada a un problème : nous. Nous sommes le problème des autochtones.

Ils étaient sur ces terres depuis des millénaires lorsqu’ils nous ont accueillis. Les autochtones d’ici n’ont pas cédé leurs terres, mais plus tard le gouvernement les a rassemblés dans des camps et leur a imposé une forme de gouvernement qui ne leur a pas donné les mêmes droits que nous autres citoyens, et qui souvent n’a pas respecté les traités. La Loi sur les Indiens imposée a toujours des effets très néfastes dans leurs communautés.

Des centaines de milliers d’eux, aussi jeunes que 5 ans, sont arrachés à leurs parents et envoyés à des écoles résidentielles, afin « d’éliminer le rôle des parents dans l’épanouissement intellectuel, culturel et spirituel des enfants autochtones », le mandat officiel de ces écoles, dont la dernière a fermé en 1996.

La Commission Vérité et Réconciliation, dont le travail de 2008 à 2015 a été subventionnée par les survivants de ces écoles, a créé des ressources excellentes pour en apprendre davantage.  Sept générations ont passées à travers l’enfer de ces écoles. La Commission a conclu qu’il faudra sept générations pour recréer une relation saine entre nos nations. Il faudrait s’y mettre.

N’importe le passé, la chose qui compte est ce qu’on en fait au présent.

Heureusement, une majorité de Canadiens et Canadiennes sont favorables à la priorisation politique de la question autochtone. Cela peut surprendre puisqu’il peut sembler que les horreurs qu’ont vécu et que vivent les autochtones ont peu de pouvoir pour nous arracher de notre léthargie. Se mobiliser pour des réfugiés, on sait le faire mais que des milliers de femmes autochtones disparaissent, des milliers de jeunes autochtones se tuent, des milliers d’autochtones vivent dans des conditions tiers-mondaines, … bof. Je suis d’avis que le problème est en partie que ce n’est pas une situation où, comme le curé personage dans le roman de George Bernanos, on trouve « une injustice qui se promène toute seule …et à ma taille, ni trop faible ni trop forte », et alors on « saute dessus, et l’étrangle. » Essaie de trouver quelque chose à ta taille dans cette situation. Moi je trouve peu.

N’essayons pas de régler cette question à coup de sympathie et de travail social.

Ce sont les décisions politiques qui nous ont amené à ce point, à un point où le syndrome de stress post-traumatique est presque dans l’ADN de nombres d’autochtones, comme ils disent. Tu crois que des excuses et des cérémonies vont faire l’affaire ?

C’est plutôt un problème politique et une question de justice. Nous avons à reconnaître leur droit à un partage équitable des territoires et des ressources.

Nous devrons négocier nation à nation, entre égaux. À la fin, il faut que les autochtones soient aussi autonomes et heureux que nous.

Heureusement, le nouveau gouvernement fédéral fait des bruits dans ce sens, de vouloir s’attaquer à la question de nation à nation.

Voilà une tâche à notre taille : Tenons-les à leur mot. Mettons la question au haut de notre liste de priorités pour le pays. Ce n’est pas un passe-droit, mais son contraire.

C’est une question de justice à résoudre, avec quelques siècles de retard, afin qu’on puisse vivre de plein droit dans ce beau et jeune pays.