La prévention après coup

Si la société s’était attaquée au problème de l’ivresse au volant de la même façon que nous traitons de la violence faite aux femmes, au lieu de campagnes « Évitez l’alcool au volant » nous aurions des messages publicitaires nous enjoignant de se sortir du chemin des chauffeurs saouls, de prendre le train peut-être.

Ces dernières semaines, alors que le mois de la « prévention » de la violence se termine par ce 6 décembre de commémoration de la tuerie de Montréal, on a encore une fois vu que les organismes qui disent faire la prévention de la violence faite aux femmes n’ont de conseils que pour la victime : sors-toi de là, chère. Ça c’est dans la province qui détient ou a récemment détenu les pires résultats en violence familiale. Allez voir les trois vidéos lancés récemment par le gouvernement provincial, surtout celui Une rencontre sociale. On passe si proche de ce qu’il fallait faire, mais n’a pas eu le courage : http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/jsp/securite_publique/content/securite_et_protection/content/LaViolenceEntrePartenairesIntimes/InfoGraphics.html .  Allez lire les articles de ces dernières semaines sur le sujet de la violence faite aux femmes. L’hypothèse de travail semble être que cette violence tombe du ciel.

Pourtant, « les services aux victimes de violence dans les relations sont à la prévention ce que les salles d’urgence sont aux ceintures de sécurité. Ne me dites pas que vos dons aux maisons de transition vont résoudre le problème. Montrez-moi un crime éliminé par le port d’un ruban coloré. Montrez-moi une question, une maladie, un problème résout par le biais des services offerts aux victimes. Ces gestes ne préviennent pas la violence. Ces gestes sont confortables … et ils aident à perpétuer le problème en prétendant de s’en occuper, si on ne fait que ça. »*

La nouvelle campagne anti violence du gouvernement fédéral fait un peu plus de bon sens : les affiches « Vos gestes comptent » dénoncent nos attitudes qui font qu’on blâme les femmes (« Ses choix vestimentaires ne vous regardent pas. » « Y’a rien de drôle dans le fait de dévaloriser les femmes »). Peut-être éventuellement on parlera des hommes.

___

* Tiré de mon billet sur le même sujet de 2015 : https://rosellam.wordpress.com/2015/12/08/la-violence-quon-aime/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s