Blasphèmer pour défendre le dieu

Charlie Hebdo continue d’être lui-même, mais depuis que des tueurs ont décimé son équipe de journalistes, on remarque une volonté chez un certain secteur de l’humanité de faire le procès du journal. Comme si la question est toujours à régler à savoir si la tuerie de janvier 2015 était justifiée. Comme si la liberté d’expression était réservée à nos amis.

Dans l’état du monde, Charlie Hebdo n’est pas pour tout le monde. Sauf si tu y mets l’effort ou t’es habitué à la satire militante. Mais nous, en raison de l’industrialisation de notre humour et de notre culture, on est plutôt habitué à l’humour au degré 0, et inhabitué aux discussions des idées. Donc face à la tradition satirique européenne, on vire su’l’top comme dit Hilaire.

Entourée de tes amis les plus proches, qui connaissent tes valeurs et interprètent tes commentaires et tes exagérations avec l’avantage de ce contexte, tu dis des choses que des étrangers pourraient bien comprendre de travers.

De même que pour comprendre Charlie Hebdo, il faut l’avoir lu, pas seulement regarder les dessins, hors contexte.

Mais voici quand même :

Dans le Charlie Hebdo de cette semaine, une caricature, d’un genre assez fréquent dans ce journal, fait réagir certains. Le genre en question : une idée qui coupe le souffle, qui horripile même, mais, qui, une fois que tu y penses, ne fait que te mettre devant toi-même, ou d’exposer une réalité sociale de façon crue pour mieux la dénoncer. Le blasphème pour défendre le dieu.

La caricature en question* demande ce que serait devenu le petit Aylan s’il avait grandi, cet enfant réfugié mort sur une plage dont la photo a fait « découvrir » la crise des réfugiés. Le dessin répond « Tripoteur de fesses en Allemagne », faisant référence aux agressions de masse ayant eu lieu à Cologne la veille du Jour de l’an.

C’est dérangeant qu’on se sert de cet enfant, bien qu’il est vrai que le monde s’est servi de l’image de cet enfant au point qu’il est un personnage public, et que dire du fait que d’autres photos d’enfant mort ou souffrant n’ont pas l’effet Aylan et des réfugiés de d’autres coins ne valent pas les réfugiés syriens.

C’est provocant qu’on peint ce réfugié « bon » de la même brosse qu’on se sert pour peindre les réfugiés « mauvais », bien qu’il faut dire que c’est ce que font les bigots et xénophobes, non ? Il y en a pour suggérer que tous les croyants de telle religion ou tous ceux de telle origine sont terroriste/violeur/etc.

Eh bien voilà. C’est ce que la caricature me dit : qu’il est ridicule de peindre un groupe ou un individu de cette façon.

Nous aurions intérêt à encourager bien d’autres critiques et questionnements de nos attitudes au sujet des réfugiés. On n’a pas besoin d’être Charlie pour voir que nous ne pensons pas très claire au sujet des réfugiés, de l’immigration et des droits.

 

*Un de plusieurs dessins sous l’en-tête ‘La France, c’est pas c’qu’on dit’.

 

Advertisements

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s