Grâce à la Grèce

Ce billet doit sa création à Radio-Canada Acadie, qui ont communiqué avec moi alors que je termine un séjour de trois mois en Grèce (j’y étais également en 2013 pour quelques mois). Leur invitation à une entrevue m’a permis de rassembler mes réflexions de ces derniers temps, et le billet qui suit les résume. Ou écoutez l’entretien sur le site de R-C: http://t.co/cSgmeXYKLo

Quelques mois en Grèce, c’est énorme, mais c’est rien lorsqu’il est question de se faire une opinion de sa politique, de son gouvernement et de ses antagonistes, en ces temps mouvementés.  Je suis trop impressionnée par ce qu’il me manque de connaissances au sujet de l’Europe, de l’économie des gouvernements, et de l’histoire récente de la Grèce, surtout que je ne parle pas le grec, et que j’étais surtout dans des îles où je n’exagère pas trop si je dis que les ânes étaient plus nombreuses que les personnes avec qui causer.

Donc au début, je n’ai fait que ce que j’y étais venue faire, flâner. Mais à un moment, rentrant d’une randonnée, disons, et ramassant un journal, je réalises qu’y’a des choses que je sais quand même – que ce peuple travaille dur et a le temps dur, que son nouveau gouvernement est légitime et intelligent et qu’on ne traite pas du monde comme ce que je vois dans les médias. Le manque de respect pour les Grecs et leur gouvernement de la part de nombreux politiques étrangers et médias ne peut être défendu. Le pire exemple est venu plus tard suite à l’annonce du référendum, quand certains ont dénoncé « comme illégitime la possibilité pour un peuple de se prononcer sur un projet qui engage son avenir quotidien », tel que Charlie Hebdo a caractérisé ces réactions délirantes. On se moque d’un referendum et d’un gouvernement qui veut entretenir sa relation exceptionnelle avec le public par ce moyen entre autres ? J’ai pas besoin d’être une experte sur les traités européens ou la finance ou savoir épeler Schengen pour savoir que ça, c’est pas correcte et que quelque chose de croche se passe. J’ajoute que mon impression de l’Europe et mon estime de certains grands médias dont Libération et Le Monde en ont pris un coup avec ce cas. Je n’ai jamais remarqué autant de journalistes agissant comme des activistes.CIMG2174

(Juillet 2015, Athènes avec Charlie Hebdo)

La saga de la relation Grèce-Europe n’est pas terminée et mon opinion n’est pas fixe mais voici mes pensées à date.

Le problème est politique, bien qu’on le présente comme économique. La question est à savoir si la logique démocratique peut de nos jours primer sur la logique financière. Un pays a-t-il le droit d’être gouverné par ses élus ? L’Europe peut-il protéger les démocraties ?

L’acharnement sur la Grèce par les banques et les actionnaires du monde – que certains ont appelé persécution économique -, alors que la situation aurait pu être gérée de nombreuses autres façons et alors que les montants en question ne sont pas si énormes – cela fait penser qu’il y a autre chose qui se passe. Veulent-ils faire un exemple de la Grèce ? Veulent-ils maintenir réduit au plus bas niveau le champ où peut s’exercer la démocratie ? Est-ce du chantage pour forcer le pays à organiser son économie de la même façon que les autres, de suivre la mode néolibérale ? Comment expliquer autrement cette ingérence dans la politique interne grecque par les créanciers ? Si je veux une deuxième hypothèque, vous allez me l’accorder à condition que je change de partenaire et abandonne un de mes enfants?

Un homme à Athènes m’a dit, « Ce que l’on vit, on voit ça lorsqu’on est en guerre, pas pour une question d’argent entre les banques. »*

Enfin, je suis d’avis comme d’autres ont suggéré que ce qui se passe en Grèce est potentiellement un moment important pas seulement pour la Grèce. Il s’agit d’une confrontation particulièrement criante entre la démocratie et les politiques néolibérales. Cette idée qu’on est là pour faire marcher l’économie – et celle plus néfaste encore que l’économie n’est que les marchés – ces idées-là perdent des plumes. L’économie doit être à notre service. Voilà l’enjeu potentiel de ce qui se passe en Europe. Grâce à la Grèce.

* Quelques heures après la publication de ce billet, j’ai ajouté ce témoignage qui m’a été fait la journée même.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s