Les citoyens ont tous les intérêts

Je suis en Grèce depuis quelques mois. Je lis beaucoup ici – voyager pour moi est une part découvrir un pays, une part lire ce que j’ai en réserve depuis toujours, et une part chercher à comprendre ce que je vois. Heureusement, tous les restaurants en Grèce, tous, ont des nappes en papier, donc je prends en note ces choses qui m’ont fait dire Hein ? et plus tard, je fouine sur internet. Et, étant en Grèce, étant donné les références que je vois, mes recherches ont souvent affaire aux notions de démocratie, de citoyenneté, et de la philosophie. (Je lis aussi au sujet du traitement abusif par les Allemands, par l’Europe et par le Fonds monétaire international de la Grèce, mais je dérape …)

Et voilà que mes méandres me sont utiles dans ma réflexion sur une question bien de chez nous. La représentation au sein d’un organisme d’individus et de représentants de groupe.

Disons qu’une religion demandait d’être représentée à la Chambre des communes du Canada parce qu’une majorité de Canadiens sont de cette religion-là. Ou parce que la religion représente une minorité de Canadiens qui est souvent victime de discrimination.

Ou disons que la Chambre de commerce du Canada demande d’avoir un siège réservé à la Chambre des communes … officiellement, je veux dire.

Ou, rêvons, disons que les Canadiennes forment à nouveau un regroupement national sérieux et qu’elles exigent quelques sièges au sein du pouvoir législatif.

Qu’est-ce qu’on fait ?

On dit non. Ça ne doit pas se faire.

Parce que le citoyen prime, la citoyenne itou.

Les citoyens ont des droits, selon la Charte canadienne des droits et libertés. Les citoyens ont tous les intérêts.

Les groupes ? Pas pareil. Ils ont des intérêts spécifiques. Ces groupes, associations, coalitions, organismes, qui sont essentiels, ne sont que nos instruments. Les citoyens font des groupes mais les groupes ne sont pas des citoyens. Ils ont certains intérêts différents, même. Les groupes doivent défendre l’intérêt de leurs membres. L’assemblée, elle, – que ce soit la Chambre des Communes, la SANB, ou Voix des femmes, par exemple – doit également s’occuper de l’intérêt général et du bien commun.

Dans un organisme formé à la fois de citoyens et de représentants de groupes, il y a forcément tension et dysfonction. Les représentants de groupe devront consulter leurs membres, ou ils n’agissent pas tels des membres à part entière, libre de réfléchir et décider à leur guise. Ou ils ont des conflits d’intérêt entre le bien commun et le bien de leur groupe, ou ils exigent une survalorisation de leur vote et opinion en raison du nombre de personnes qu’ils représentent. Il arrive que des représentants de groupes proposent un raccourci – un court-circuit, si vous voulez : étant donné qu’ils ont étudié les dossiers, qu’ils ont des employés même, qu’ils sont mandatés, et étant donné la faible participation des citoyens ou la difficulté d’attirer la participation d’individus, les groupes peuvent représenter la population générale.

Ce serait malheureux, pour nous et la démocratie.

Il faut mettre l’effort pour redécouvrir ou inventer un format de participation citoyenne qui attire et qui fonctionne. Revaloriser le citoyen, la citoyenne itou.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s