Si on doit comptabiliser les droits

Si on doit parler du coût de respecter des droits, on se doit de la faire avec respect et soin au moins.
Le gouvernement provincial dit qu’il va coûter 500 000$ de plus par an pour la pratique d’avortements au Nouveau-Brunswick lorsque les obstacles politiques seront levés. On ne peut qu’espérer – mais je le doute fortement – que ce montant est le solde du calcul qui comprend :
Les épargnes sur le coût de l’accouchement à l’hôpital.
Les épargnes qui seront réalisées parce que les généralistes pourront dorénavant pratiquer l’avortement et pas seulement les spécialistes.
Le coût de ne pas avoir de stratégie de prévention des grossesses non désirées.
Les épargnes dans les services d’aide aux femmes et aux enfants si on analyse la probabilité de se trouver dans le besoin si les femmes voulant avorter n’ont pas l’option d’avorter – des analyses économiques ont conclu qu’il en coûte de 10 à 20 fois plus que le coût de payer les avortements.
Le coût de tolérer la pratique chez les pharmaciens de cette province de garder derrière leur comptoir la contraception d’urgence ‘Plan B’ au lieu de la vendre à même leurs étagères comme le permet Santé Canada, et à des prix si variant – allant de 25$ à 45$.
Les épargnes réalisées dans les frais d’avocats et le temps des tribunaux puisque la province ne sera plus en cour à répondre aux poursuites ou à défendre son non-respect des droits des femmes – un montant très considérable depuis 20 ans.
Les épargnes réalisées par le fait que deux médecins n’auront pas à être consultés avant qu’un avortement soit potentiellement pratiqué.
Les coûts reliés à nos taux élevés de natalité aux adolescentes.
Les coûts, immédiats et tout au long d’une vie, découlant du fait que des filles et des femmes ont des enfants qu’elles ne désiraient pas ou ne se sentaient pas prête à avoir.
Et ajoutons à ce calcul une note faisant référence aux épargnes potentielles si des avortements médicamenteux étaient pratiqués au lieu d’avortements chirurgicaux, qui sont la majorité des avortements pratiqués en France, en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s